Une fumée blanche dans la chapelle

Impossible de ne pas y penser… Hier matin, dans l’ancienne chapelle des Jésuites de la rue Grimaux, une fumée s’est élevée vers les cieux. Une référence à l’élection d’un nouveau pape ? Pas vraiment. Même si le lieu a conservé son architecture religieuse, le poële à bois était avant tout là pour tester… le système d’extraction des fumées. Le 18 mai prochain, un restaurant et un hôtel vont en effet ouvrir leurs portes dans cet édifice.

Mieux que les pages jaunes

Serrurier, électricien, menuisier, installateur de stores, peintre… Tous ces corps de métier sont réunis en un seul et même endroit à Poitiers en ce moment. Et ce n’est pas dans un salon de l’artisanat, ni dans les pages jaunes !

C’est dans la rue Grimaux, au centre-ville de Poitiers, qu’on peut trouver toutes leurs camionnettes alignées, de part et d’autre de l’hôtel 4 étoiles et du restaurant qui sont en cours de finition dans l’ancienne chapelle des Jésuites. L’ouverture est programmée le 9 mai, mais comme rien n’est encore achevé, c’est une véritable ruche d’ouvriers à l’intérieur (voir la galerie photos sur centre-presse.fr). Alors forcément, ça fait une belle brochette de véhicules professionnels à l’extérieur. Ce qui ne doit pas faciliter la vie des riverains mais courage : plus que deux semaines… Ensuite, les clients de l’hôtel Mercure ne seront pas autorisés à stationner dans la rue : ils iront au parking du Tap.

En revanche, Monsieur Écho entend souvent des particuliers, riverains du centre-ville, se plaindre de ne pas trouver d’artisans qui acceptent encore d’y venir, au vu des difficultés de stationnement. Y aurait-il des chantiers pour lesquels les artisans sont plus motivés pour braver les difficultés ou pour lesquels le macaron de stationnement est plus facile à obtenir ?