On a reçu la plus grosse invitation de l’année

Ce matin, devant les portes de notre journal, on a certainement reçu la plus grosse invitation presse du monde (M Echo n’a pas peur des superlatifs).
Sur cet énorme tapis bleu, on peut lire : « Rendez-vous face au n°8 rue des grandes écoles ». Il s’agit d’un coup de com’ du syndicat CFTC présent aujourd’hui dans le centre-ville de Poitiers. Ils voulaient qu’on parle d’eux, c’est réussi !

Publicités

L’heure de la soupe

A la rédaction, tout le monde en rêvait depuis des années. Après des heures et des heures de lutte syndicale, des réunions de 27 heures et des mails de quatre pages nous avons obtenu le droit d’avoir du potage à la tomate à la machine à café! Alleluia ! Enfin une avancée sociale digne de ce nom dans ce monde de brutes ! Il paraît même qu’il est bon ce potage… C’est dingue.

Une fille en l’air au CGR

Hier soir, à l’inauguration du Méga CGR de Fontaine-le-Comte, M Echo a vu une jeune fille faire des acrobaties dans le hall d’accueil. Si à chaque séance, une jolie jeune fille s’accroche au plafond du ciné, M Echo fera un effort pour s’intéresser plus souvent au 7e art.

Quand Poitiers s’inspire des années 70

M Echo a découvert dans la vitrine d’un bouquiniste du centre-ville de Poitiers, un livre intitulé « Il était une fois la déco de 1945 à 1975 » avec deux jeunes filles allongées sur des drôles de bancs. Du mobilier urbain qui ressemble fort à celui choisi par la mairie de Poitiers cet été (les fameux Enzo) sur la place Leclerc. La seule vraie différence, c’est que nous sommes passés du noir et blanc à la couleur. De là à dire que la municipalité va piocher toutes ses idées dans les années 70 ?

Le ciné sous plastique

A quatre jours de l’inauguration du Méga CGR de Fontaine-le-Comte, M Echo est entré dans la plus grande salle de ce nouveau cinéma. Non, les sièges ne sont pas recouverts de housses en plastique par crainte des fuites d’eau au plafond mais juste pour protéger de la poussière pendant la fin des travaux. M Echo suggère à M CGR qu’il pourrait les laisser pour récupérer le pop corn et les gobelets des spectateurs pas toujours propres.

700.000 euros le Kinder Surprise

En voyant le Futuroscope découper en deux sa boule, M Echo a découvert sur les photos et sur la vidéo qu’il restait un morceau à l’intérieur du bâtiment. Comme dans un Kinder Surprise. C’était marrant. Moins drôle en revanche, le coût de cette grosse confiserie. Le démontage de l’emblème du Futuroscope a coûté 700.000 € au Conseil général de la Vienne ! Une paille. Pour ce prix-là, on aurait pu, au moins, avoir un petit bout de chocolat !
Pour info, le Kinder géant sera remplacé par un nouveau Kinder Géant. Coût de la reconstruction… 600.000 €.

Perds pas la boule !

En voyant le Futuroscope perdre sa boule, M Echo s’est souvenu d’une publicité pour un jeu de société des années 80 qui s’appelait « Perds pas la boule! ». Après une grande enquête d’investigation de 4 minutes 30, M Echo a retrouvé sur le site de l’INA (voir la vidéo) cette publicité. On a les références que l’on peut…