La tête et les jambes

Image

P1340544

Papa Noël a retrouvé sa tête.

Monsieur Echo est drôlement soulagé. Le Père Noël du manège de la place du palais de justice a retrouvé sa tête ! Et ses jambes, par la même occasion.

Hier (lire sur ce même blog), Monsieur Echo avait eu peur en voyant un Père Noël-tronc, posé dans le décor du manège. Désormais Papa Noël a retrouvé son intégrité physique et est abrité dans un joli petit chalet. Comme ça, il fait beaucoup moins peur…

Publicités

Les macarons de Jean-François Macaire

Image

Des macarons qui attirent plus visuellement que sur le plan gustatif.

Des macarons qui attirent plus visuellement que sur le plan gustatif.

Jeudi soir, la soirée annuelle organisée à Poitiers à l’attention des maires par les bailleurs sociaux Logiparc et Sipea Habitat a été agrémentée de macarons (goût vanille et chocolat) aux couleurs des deux organismes, tous deux présidés par Jean-François Macaire, rappellons le. Monsieur Echo en a goûté, par curiosité professionnelle, et attribue la note de 1/10 à ces sucreries. Ne sachant pas où ont été fabriqués ces macarons ni quand, Monsieur Echo confirme en tout cas qu’ils ne font pas concurrence à ceux des (excellents) confiseurs professionnels du centre ville de Poitiers ou de Montmorillon.

Papa Noël n’a plus toute sa tête

Image

Flippant…

Non, M.Écho n’a pas diagnostiqué un Alzheimer à Papa Noël. Quand M.Écho dit que le Père Noël n’a plus toute sa tête, c’est que littéralement, le Père Noël n’a plus toute sa tête. Vu cet après-midi dans le décor du manège de la place Lepetit, devant le palais de justice à Poitiers, ce bonhomme n’arbore ni barbe ni bonnet rouge… ni tête. Ni jambes, d’ailleurs. M.Écho se demande s’il est passé trop tôt et que le décor n’était pas terminé… Ou si la tête du Père Noël rejoindra son corps plus tard, comme le Petit Jésus qu’on ne met dans la crèche que le 25 décembre. En attendant, ça fout les jetons. On se croirait dans le film Sleepy Hollow, de Tim Burton, où un cavalier sans tête sème la terreur. Le manège n’est pourtant pas un train fantôme.

Les grands moyens pour les grands sapins

M Echo trouve parfois que ce n’est pas facile de décorer le sapin à la maison, quand il faut se mettre sur la pointe des pieds ou monter sur un tabouret pour bien accrocher les boules et guirlandes jusque sur les plus hautes branches, et surtout pour installer l’étoile au sommet. Mais M.Echo n’ose plus se plaindre depuis qu’il a vu quels moyens étaient nécessaires pour décorer le grand sapin de la place Leclerc, à Poitiers (vu ce matin). A côté de la nacelle élévatrice, le tabouret de M. Écho est ridicule.

Monsieur Echo ne sera pas son père

Monsieur Echo a une très bonne mémoire. Et se souvient qu’il avait neuf ans lorsqu’il alla pour la première fois voir un film seul au cinéma . En l’occurrence : « La guerre des étoiles ». On était en 1977 et on ne disait pas encore, du moins en France, « Star Wars ». S’il n’est pas pour autant devenu spécialement fan de l’épopée cinématographique de George Lucas, M. Echo n’en a pas moins été séduit et amusé par  l’emballage de ces préservatifs que les membres de l’association Equinox distribuent volontiers tous les jeudis soirs lors de leur action de prévention contre la consommation excessive d’alcool aux abords des bars de Poitiers. La fameuse phrase que prononce Dark Vador à l’adresse de Luke Skywalker, « Je suis ton père », légèrement revue et corrigée pour les besoins de la bonne cause… Au fait, que celles et ceux qui ne voient pas le rapport entre la prévention anti-alcool et la distribution de préservatifs se souviennent que l’ivresse peut mener à bon nombre de conduites potentiellement à risques, et ce dans beaucoup de domaines…

Patinoire suspendue

L’image est insolite. Alors que les ouvriers ont détruit toute la façade de la patinoire, il ne reste plus que le panneau d’affichage des scores qui servait aux joueurs de hockey. Comme suspendu dans les aires. En attendant les travaux de rénovation et la réouverture des lieux en septembre 2013.

 

Deux descendants de pilotes du Normandie Niemen se retrouvent à Poitiers

Laurent Bourdieu et François Tulasne.

Ce lundi soir au centre socioculturel de la Blaiserie à Poitiers ouest, l’inauguration de la rue Jean Tulasne, premier commandant de l’escadrille Normandie-Niémen, a été l’occasion pour son fils François Tulasne de retrouver des anciens camarades de collège: c’est en effet à Saint-Joseph à compter de 1949 qu’il a fait ses études secondaires.
Mais la cérémonie s’est déroulée en présence du descendant d’un autre pilote de cette prestigieuse unité des FFAL (forces aériennes françaises libres) ayant combattu de 1942 à 1945 au côté des Soviétiques. A l’initiative de Léandre Martin, passionné d’histoire contemporaine de Saint-Julien l’Ars, Laurent Bourdieu, neveu de Maurice Bourdieu, pilote tué accidentellement en 1994, était présent. M. Bourdieu possède une résidence secondaire à Antigny et a participé à plusieurs campagnes de fouilles menées sous l’égide de la société de recherches archéologiques du Chauvinois (SRAC) sur le site gallo-romain du Gué de Sciaux.