Cette Saint-Valentin, ça va être une boucherie

Elles sont belles, ces côtelettes, non ?

Elles sont belles, ces côtelettes, non ?

Vous vous doutez bien qu’à l’approche de la Saint-Valentin, la boîte à lettres électronique d’un journaliste s’emplit de messages promotionnels nés de l’imagination débordante des communicants. On vous passe les sondages sur les troubles de l’érection, les tendances de la lingerie fine ou la température qui grimpe dans les baromètres des sites de rencontre.

Cette année, le courriel le plus appétissant qu’a reçu M. Écho est sans conteste celui de comme-a-boucherie.com qui propose d’inscrire à votre menu de vendredi soir ces côtes d’agneaux réunies en coeur. Sans rire, si votre chéri (e) ne vous ouvre pas les bras en grand avec ça… Et puis, pour mettre toutes les chances de votre côté, n’hésitez pas à lui fredonner cette vieille chanson des Garçons Bouchers. Bonne soirée.

Une réflexion au sujet de « Cette Saint-Valentin, ça va être une boucherie »

  1. Souhaitant que l’amoureux soit plus performant qu’un boeuf et que son amoureuse ne soit pas trop à cheval sur les performances,si c’est une jeune poulette il fera cocorico,pas trop de hâte
    ne pas imiter le lapin et surtout ne pas être pris pour un pigeon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s