Un baudet sur le viaduc

TAPdd

Un joli coup de pub de la marque identitaire poitevine.

L’image nous a bien fait marrer à la rédaction. On y voit un joli baudet du Poitou sur le viaduc Léon-Blum avec en fond le TAP (Théatre Auditorium de Poitiers), éclairé dans la nuit. M. Écho n’est pas idiot et sait qu’il s’agit d’une photo montage rigolote lancée sur Twitter par la marque de vêtements locale DD du Pwatoo. On a aussi aimé le commentaire du Tweet : « Interdite aux voitures, la nouvelle passerelle de Poitiers enfin ouverte aux baudets ! Ouf ». La photo est signée Gwenael Moreno.

Nouvelle décoration pour les ronds-points de la ville

Image

IMG_8942

Œuvre d’art contemporaine ?

Des moulins, des vélos, des sculptures, des kiwis géants, des insectes, des avions, une chaise… Il est de notoriété mondiale que la France adore décorer ses ronds-points. On vous conseille d’aller faire un tour sur ce blog consacré au sujet. MA-GNI-FI-QUE !
Poitiers n’échappe pas à la règle, et on peut même affirmer que le service des espaces verts n’est pas le dernier en la matière. Pourtant ce jeudi matin, l’œuvre d’art qui trônait sur le rond-point proche de la maison des étudiants au cœur du campus, n’est certainement pas à mettre à l’actif de la Ville :  dix chariots de supermarché empilés les uns sur les autres, roulettes en l’air.

Les auteurs de cette œuvre d’art contemporaine ont aussi décoré un panneau signalétique avec deux autres chariots sur le même rond-point. Performance artistique digne de « Tree » de Paul McCarthy place Vendôme à Paris ou retour de fête arrosée ? A la rédaction, on penche plutôt pour la deuxième option.

La relique de l’année

Vous reconnaissez cette mosaïque rose ?

Vous reconnaissez cette mosaïque rose ?

Monsieur Écho cherche le meilleur emplacement sur son bureau pour mettre en valeur ce souvenir, rapporté de reportage : un morceau de la façade de l’ancien Printemps de Poitiers. Un petit morceau, issu de la démolition qui est en train de s’achever. Avec 16 petits carrés de mosaïque rose encore collés dessus, et avec de la poussière de béton qui s’effrite un peu partout entre le téléphone et la souris de l’ordinateur. Pas très hygiénique mais tellement nostalgique ! Avec cette magnifique relique, Monsieur Écho peut commencer une collection, vu qu’il a déjà un morceau de la passerelle des Rocs démolie en 2012. Sans compter qu’il avait aussi gardé, il y a bien longtemps, un morceau du château d’eau de la rue Raoul Follereau, qui avait été dynamité. Et quelques chutes de pavés des travaux du parvis de la gare et de Coeur d’agglo. Bon, OK, tout ça ne vaut pas un morceau du mur de Berlin, mais on fait avec ce qu’on a au niveau local.

A la queue leu leu pour détruire le Printemps ?

Bâtiment1Mais qu’est-ce que c’est que cette foule de gars en jaune et orange, casque de chantier sur la tête, devant la grue qui grignote depuis ce matin la façade du bâtiment du Printemps, place Leclerc à Poitiers ?

> 1. Une opération de recrutement de grutiers ?

> 2. Des soldes monstres sur le matériel de BTP ?

> 3. Une manifestation de patrons et de salariés des travaux publics ?

> 4. Une flash mob pour la publicité d’une marque célèbre de boissons au citron et à l’orange ?

> 5. Une visite guidée des verrues architecturales de la ville de Poitiers ?

La réponse est contenue dans ce post, si vous la trouvez, vous ne gagnerez rien, sinon notre considération.

Un Kandinsky dans les toilettes de Cap Sud

Image

IMG_8888

Aller faire pipi en passant devant un Kandinsky, la classe.

Si on devait décerner une palme d’or des plus chouettes toilettes publiques de la ville, pas de doute que la récompense irait à la maison de quartier de Cap Sud. Dans le cadre des chantiers de jeunes en service civique, les toilettes hommes et femmes ont été redécorées à la façon de Kandinsky et de Miro. Et c’est plutôt réussi. Pour la visite officielle avec les élus de la ville de Poitiers et la députée Catherine Coutelle, le protocole exigeait des groupes de cinq personnes maximum dans les toilettes. Et tout le monde s’est contenté de contempler les tableaux.

La Regratterie fait son nid

Quand la perceuse se fait couveuse...

Quand la perceuse se fait couveuse…

Dans les locaux de la Regratterie, ce lieu créé par Tri Plus (80 rue Jean-Mermoz à Poitiers-Ouest) pour récupérer de vieux objets et leur offrir une seconde vie, il y a de vieilles cages à oiseaux… qui renferment un lapin vert et un chien husky (en peluche, le lapin et le chien). Les oiseaux, eux, ne sont pas en cage. Ils sont même nombreux à avoir trouvé l’adresse confortable pour faire leur nid, sous les toits de ce vaste atelier. Mais certains ont trouvé un petit endroit encore plus douillet pour s’installer, sur lequel Franck Bruneau, chargé de projet de Tri Plus, a attiré l’attention de Monsieur Écho lors de sa visite des lieux. Il semblerait que la vieille perceuse à colonne récupérée au printemps dernier ait beaucoup plu à un couple de petits oiseaux, qui ont carrément fait leur nid sous le couvercle de ce gros engin ! Et ils ont tout compris à l’esprit de la Regratterie, qui prône la réutilisation et le recyclage de tous les matériaux : pour construire leur nid, ces oiseaux ont notamment utilisé de la vieille laine de verre trouvée sur place… Un instinct naturel de récupération que Tri Plus souhaite aussi faire retrouver aux humains dès l’ouverture officielle de la Regratterie, le 15 novembre.