Fluide Glacial transforme le Futuroscope en club échangiste

Le photo montage sexy du Futuroscope nous a bien fait rire.

Le photo montage sexy du Futuroscope nous a bien fait rire.

Pour la Saint-Valentin, le magazine Fluide Glacial (Le journal d’humour & bandessinés depuis 1975) a publié le guide de l’adultère en France, ville par ville. Forcément, nous nous sommes jetés sur ce dossier brûlant pour savoir ce qu’on allait dire sur Poitiers et ses environs.
On a éclaté de rire en découvrant la photo consacrée au Grand Ouest. En lieu et place de la boule du Futuroscope, un énorme sexe rose en action qui envoie sa semence sur une non moins énorme paire de seins. La légende de cette photo montage (bien montée ma foi) annonce la transformation du parc en club échangiste. En voilà une belle attraction !

Le texte est moins drôle. Il s’agit d’un dialogue entre Fluide Glacial Gisèle de Pigone, personnage imaginaire, qui dirige « l’observatoire des moeurs dissolues du Grand Ouest, installé dans une aile discrète du Futuroscope ». Le sujet ? L’infidélité. Un tout petit bout est consacré au Poitou-Charentes où la fameuse Gisèle de Pigone explique que chez nous « la fidélité est de rigueur mais lorsque Ségolène Royal s’absente du département, c’est une autre paire de manches ».

Voilà, voilà… Pas de quoi vraiment s’exciter. Mais les anciens lecteurs de Fluide Glacial retrouveront très certainement l’esprit potache de ce magazine qui nous a fait marrer.

Pour la Saint Valentin, offrez du pâté !

IMG_9705

Vu dans la vitrine de la maison du tourisme à Poitiers.

Ah ! La Saint-Valentin ! Le jour des petits cadeaux et des gros bisous… ou l’inverse. Force est de constater que d’année en année, commerçants, publicitaires et grandes enseignes se donnent la main pour nous faire acheter n’importe quoi chaque 14 février. Sur la rocade à Poitiers, les affiches 4X3 montrent actuellement de la salade subtilement déposée en forme de coeur au fond de l’assiette. Formidable. Dans la vitrine de la Maison du Tourisme en centre ville, une petite ardoise marquée d’une « Joyeuse Saint Valentin » repose sur un chevalet devant un superbe assortiment de bocaux de pâté, de foie gras, de poulet, d’estouffade de bison ou de confitures d’échalotes. Huuumm ! Vivement samedi soir.

Ne poussez pas, je suis Charlie !

photo charlie tirezTout le monde est Charlie. Partout et pour toujours. Tant mieux. Mais parfois, il faut bien admettre que la (désormais) célèbre phrase « Je suis Charlie » inscrite en blanc sur fond noir tombe mal. Actuellement sur la porte de la mairie annexe des Trois-Cités à Poitiers on peut voir l’affichette collée sous la mention « Tirez » qui, tout le monde l’aura compris, n’est pas un ordre lancé aux cinglés pour envoyer une rafale de Kalachnikov dans la porte… mais juste le sens dans lequel il faut l’ouvrir. Faut pas pousser, non plus…

Neige dans le Poitou, des tire-au-flanc un peu partout

IMG_9694

Dans certaines circonstances, la neige aveugle.

Petite trouille et gros mensonge. A chaque épisode neigeux à Poitiers et dans ses environs, c’est la même histoire. Il y a toujours un petit malin pour trouver un bon prétexte (la neige en l’occurrence) pour ne pas aller en cours ou au boulot. Petit extrait de dialogue plus ou moins imaginaire… plus ou moins entendu.

 

Au collège
– Allo ? La Vie scolaire ?
– Oui, bonjour.
– Je vous appelle pour vous dire que mon fils ne viendra pas au collège aujourd’hui. C’est à cause de la neige.
– Mais…
– …Vous avez-vu ce qu’il est tombé cette nuit ! Au moins deux centimètres ! C’est dingue !
– Mais …
-… pour les bus, ce n’est même pas la peine. A chaque fois, ils se mettent en travers. C’est dangereux.
– Mais vous habitez derrière le collège. Votre fils peut venir à pied.
– (Silence)… Ah oui ! Mais dans ma rue, il a beaucoup plus neigé que dans le reste du quartier.
– Mais avec deux centimètres sur la route, on peut quand même rouler.
– Sortir la voiture ! Pour que je l’abîme juste avant d’aller aux sports d’hiver, ça ne va pas la tête !

Au boulot
– Allo ? Ghislaine?
– Oui, bonjour.
– Je t’appelle pour te dire que je ne viendrais pas bosser aujourd’hui. C’est à cause de la neige.
– Mais tout le monde est arrivé depuis une heure.
– Oui mais j’habite dans une petite rue d’un petit hameau d’une petite commune de l’agglo avec des petits virages. En plus, la pente de mon garage est verglacée. Tu sais c’est un pavillon des années 70 et c’était la mode à l’époque des garages souterrains avec des pentes. Bref, je ne peux pas sortir de chez moi. C’est IM-PO-SSI-BLE !
– Mais ce n’est pas grave, le patron vient de dire que l’on pouvait travailler de chez soi et tout envoyer par mail.
– (Silence)… Ah oui ! Mais chez moi, il a tellement neigé que les câbles électriques touchent le sol. D’ailleurs, je ne suis pas certain qu’avec ce froid, internet passe bien. En plus, je commence à ne plus avoir de batterie… Avant que ça coupe, tu peux prévenir Josiane qu’elle me pose une RTT sur le planning… biiiiiiiiip !