La première crèche révolutionnaire

M.Écho avoue qu’il est resté bouche bée devant la vitrine de la librairie La Procure, spécialisée dans la religion, à Poitiers. A côté de représentations traditionnelles et de santons, on y trouve des crèches censées représenter des pays, où le bébé Jésus est entouré de Joseph et Marie en tenues locales et d’animaux pour le moins exotiques : des pandas en Chine, un tigre et un éléphant en Inde, une baleine en Islande, voire de symboles comme la Statue de la Liberté aux États-Unis ou un bus anglais à impériale à Londres.

Outre le fait que certains de ces pays ne sont pas du tout de tradition chrétienne, M.Écho ne voit pas l’aspect religieux de ces représentations…

La palme de l’invraisemblable revient à la crèche «de France», qui montre l’enfant dans une mangeoire bleu-blanc-rouge avec à côté de lui un coq, une bouteille de champagne (!!!), et Marie coiffée d’un bonnet phrygien bien révolutionnaire. M.Écho croit pourtant avoir appris que Révolution française et religion ne faisaient pas bon ménage…

Des crèches très éloignées de la tradition chrétienne.

Des crèches très éloignées de la tradition chrétienne.

Publicités

L’horodateur emballé pour l’hiver

Au chaud pour l’hiver.

A la rédaction, on a remarqué la délicate attention de l’entreprise chargée de ravaler la façade d’une maison dans la rue de la Cathédrale, à Poitiers, qui a conservé l’accès à l’horodateur. Emmitouflé comme ça, l’appareil à sous va passer l’hiver au chaud. Ceci étant dit, il ne faudra pas trop chercher d’excuses aux automobilistes qui ne trouveraient pas l’appareil au moment de récupérer un ticket.

Le Confort, The place to be !

The place to be… et to wait. (Photo Loupinge)

Samedi dernier, la réouverture du Confort Moderne à Poitiers était « The place to be ». On y a vu des longues files d’attente pour entrer dans les lieux refaits à neuf. Il y avait tellement de monde qu’il fallait attendre que certains sortent pour que de nouveaux visiteurs puissent entrer. Au final 5.000 personnes se sont déplacées au Confort (vraiment) Moderne entre 14 h et 5 h du matin. Prêts à patienter même de façon … inconfortable.

 

 

La rue des cons ?

Rue des Joncs… pas des cons.

Dans le quartier de Poitiers Sud, on se demande bien qui a pu réaliser la petite blague sur le transformateur électrique de la rue des Joncs. Un fan des Chiffres et des Lettres peut-être. Une petite modification qui ne date pas d’hier, mais qui distrait toujours autant les passants et usagers de Vitalis qui attendent leur bus tout à côté.

Ambiance « rétro » au Café des Arts à Poitiers

Le premier étage du Café des arts était parfait pour accueillir les participantes de cette séance photo « rétro ».

Ambiance délicieusement « rétro » samedi au « Café des arts  » de Poitiers lors de la séance de prise de photos par Hélène Gautier Photography au premier étage de l’établissement. Pour animer la Grand’rue, le salon de coiffure Hélios et la boutique de vêtements « vintage » « La malle à pois » ont réuni huit modèles féminins qui ont mis en valeur des habits typiques de la seconde moitié du siècle dernier. Un « retour en arrière » impressionnant dans un cadre parfait pour l’occasion.

Le Père Fouettard signalé à la gendarmerie !

Cette année, le défilé de la Saint-Nicolas dans les rues de Montmorillon était solidement sécurisé, par la gendarmerie et la police municipale. Le Père Fouettard, déjà écarté du cortège il y a quelques années car il faisait peur aux enfants, en a même été quitte pour un contrôle d’identité. Sans blague : bien déguisé, il devait rejoindre le défilé en cours de route. Mais des passants se sont inquiétés de voir ce sinistre personnage faisant le pied de grue dans les rues piétonnes. Ils l’ont donc signalé aux gendarmes, évidemment sans faire le lien avec l’animation qui se préparait plus loin. Saint Nicolas n’a pas été inquiété.

Le Père Fouettard (à droite sur la photo) a fait peur aux enfants… et aux parents. (Photo archives)