Qui sont ces goujats qui laissent ramer une femme enceinte de 8 mois ?

Image

MAUD PRESSAC

La navigatrice avec quelques élus.

La photo a fait bondir quelques collègues féminines au sein de la rédaction de Centre Presse. On y voit une femme enceinte en train de ramer au milieu de l’étang du Village Flottant de Pressac avec à son bord trois hommes en costard-cravate, les mains posées sur les genoux. Dans le rôle de la femme enceinte : la navigatrice Maud Fontenoy. Dans le rôle des hommes en costard-cravate : Roland Debiais, maire de Pressac, François Georges, créateur du Village Flottant et Jean-Pierre Raffarin. Oh les goujats ! Laisser une femme enceinte de huit mois ramer seule ! (Voir la vidéo ici) Bon d’accord, Maud Fontenoy n’est pas manchote dans la pratique, pour avoir traversé les océans atlantique et pacifique à la rame. Et puis, pour une fois qu’un élu laisse un spécialiste mener la barque à sa place, on ne va pas s’en plaindre.

Publicités

Les mauvaises herbes plus hautes que Mme Écho

La mauvaise herbe qui monte, qui monte, qui monte...

La mauvaise herbe qui monte, qui monte, qui monte…

Monsieur Écho, qui consacre cet été dans Centre Presse une rubrique aux squares de Poitiers (tous les mercredis), se dit qu’il va devoir en ajouter un à la liste. La rue Paul-Bert, au centre-ville, est en passe de devenir un nouvel espace vert, avec des plantes grimpantes. Pas de jolies roses trémières, non, non… Mais des mauvaises herbes très heureuses de profiter de l’alternance de soleil et de pluie, et qui envahissent le trottoir et les caniveaux, tant en largeur qu’en hauteur. Certaines sont presque aussi hautes que les panneaux de signalisation ! Elles sont même déjà plus hautes que Madame Écho, qui mesure 1,65 m…

Alain Claeys, maire, a récemment annoncé qu’il allait demander à chaque habitant « de balayer devant sa porte » et d’arracher les herbes sur son trottoir. En l’occurrence il s’agit là du trottoir qui longe l’école Paul-Bert… et c’est donc au maire de balayer devant la porte.

Une rue pour les piétons ou pour les cartons ?

Pas très avenante, la rue Gambetta...

Pas très avenante, la rue Gambetta…

Monsieur Écho a déjà regretté, lundi, de se promener dans un centre-ville de Poitiers bien tristounet, tant le nombre de commerces fermés était grand ce jour-là (entre ceux fermés tous les lundis, ceux fermés les lundis d’août, ceux fermés pour congés d’été, ceux définitivement fermés…). Mais il est encore plus déçu de sa marche dans les rues piétonnes aujourd’hui : au niveau du croisement avec la rue Paul-Guillon, la rue Gambetta ressemble à un vrai dépotoir où s’entassent palettes, plastiques et cartons. Déjà que les trois magasins de ce bout de rue sont actuellement fermés (un qui vient de déménager, un qui est en congés et un qui est chantier – l’entassement est d’ailleurs probablement lié à ces travaux), mais là ça ne donne vraiment pas envie de flâner et de faire les boutiques.

Et encore bonne fête maman !

Image

10271470_10202145408297702_7914087917241174277_n

Est-ce de l’humour ?

Il paraît que Madame Écho a jeté l’éponge et rendu son tablier en revenant de Géant Casino à Poitiers. Dès l’entrée dans l’hypermarché, le rayon saisonnier annonce à grands renforts de banderoles « Bonne fête maman ». Sauf qu’on trouve de la lessive, des lingettes, de l’essuie-tout et divers produits ménagers. Si c’est de l’humour, ce n’est pas drôle. C’est même carrément sexiste. Les mamans apprécieront !

Un grand carton rempli de vide

Image

carton Hachette 003

Beaucoup de vide pour rien.

Monsieur Echo n’est pas du genre à se plaindre quand on lui envoie une BD. Bien au contraire. Mais cette fois-ci, il faut bien admettre que le contenant était ridiculement disproportionné par rapport au contenu. Bref, beaucoup de vide pour rien. C’est d’autant plus dommageable, que la BD, « La Romanée Contée » (Simmat-Bercovici, Edition Vent d’Ouest) parle de vins. Monsieur Echo et ses collègues auraient aimé que ce grand carton rempli de rien soit rempli de quelques bouteilles.

Des catalogues de jouets en avril. C’est Noël toute l’année.

photo catalogue

Deux beaux spécimens.

On aurait pu penser à un poisson d’avril. Et pourtant. Mardi, nous avons reçu dans nos boîtes aux lettres des catalogues de jouets… comme à Noël ! Les magasins de jouets viennent de trouver le filon : faire croire aux familles qu’il faut désormais offrir des jouets aux gamins toute l’année. Au secours !
Le moins de décembre ne leur suffisant plus, ils ont inventé le « catalogue printemps-été » gavé de cabanes, de balançoires, de toboggans, de cerf-volants et autres jouets en plastique. Bref, on nous pousse une nouvelle fois à la consommation… ce qui pousse Monsieur Echo a ouvrir sa grande goule. Et comme le chantait Alain Souchon : « On nous fait croire que le bonheur, c’est d’en avoir plein nos placards. »

Alleluia ! Les nouvelles chaînes de la TNT sont arrivées !

TNT 008

Youpi ! Revoilà Julie Lescaut

Quel bonheur ! Quelle joie ! Depuis le 21 janvier à Poitiers, la vie de M. Echo a été bouleversée par l’arrivée des nouvelles chaînes de la TNT sur sa télévision. Y a pas à dire, c’est génial ! On a frémi en découvrant des vieux épisodes tout moisis de Julie Lescaut sur HD1, on a versé une larme devant les images délavées de La Petite maison dans la prairie sur 6ter, on a été ému en voyant les images déchirantes d’un père et de sa fille dans une émission de téléréalité américaine sur Chérie 25…
Comme disait l’une des Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio  : « La télé c’est tellement con que même les pigeons ne se posent plus sur les antennes ».