Aujourd’hui peut-être… ou alors demain…

passerelle

Eh oui, comme en témoigne cette photo prise aujourd’hui mercredi en fin de journée, la passerelle des Rocs est toujours entière. Quelques badauds ont encore attendu le début de son démontage, toujours en vain. GTM Bretagne, l’entreprise en charge du chantier, poursuit les préparatifs et n’a pas annoncé le moment exact de la dépose du premier tronçon.

Quand la mairie lui avait annoncé que ce serait « le chantier du siècle », Monsieur Écho n’avait pas compris que ça durerait un siècle…

Du monde au balcon

Initialement annoncé ce mardi après-midi, le début du démontage de la passerelle des Rocs n’a finalement pas commencé. Mais Monsieur Écho est loin d’être le seul à avoir voulu suivre ça en direct : une centaine de Poitevins, dont beaucoup d’habitants de Poitiers-Ouest, se sont massés au carrefour de la rue de Maillochon et de l’avenue de Nantes pour être aux premières loges. Il leur faudra revenir pour assister au spectacle. Heureusement, c’est gratuit !

Ce qui s’appelle « faire le pied de grue »

grues passerelle« Faire le pied de grue » : expression provenant du verbe « gruer » qui signifiait « attendre ». Monsieur Écho complète la définition : attendre au pied de la grue censée commencer le démontage de la passerelle des Rocs, en vain. Comme une centaine de Poitevins qui voulaient assister à l’événement, Monsieur Écho est resté plusieurs heures dans le froid, hier après-midi, au bout de la passerelle côté Maillochon. Il espérait vous en présenter de belles photos et une non moins belle vidéo. Mais contrairement à ce qui était annoncé par l’entreprise GTM Bretagne, en charge du chantier, le démontage n’a pas pu commencer hier. En attendant, Monsieur Écho a le pied (de grue) complètement gelé.

Pas de casque, pas de photo

Pour suivre au plus près le déroulement des travaux de la déconstruction de la passerelle des Rocs et du futur viaduc qui débutent à Poitiers, Monsieur Echo a fait vendredi l’acquisition d’un casque de chantier dans une grande enseigne poitevine de bricolage. Lors de son reportage sur l’arrivée de la première grue devant servir pour le démantèlement de la passerelle, Monsieur Echo a en effet été averti par le responsable de sécurité du chantier: « pas de casque, pas de photo du chantier ».

Ils étaient les derniers

C’est une belle équipe d’élus, Alain Claeys, président de Grand Potiiers en tête, qui a parcouru pour la dernière fois les 338 mètres de la grande passerelle le lundi 23 janvier dernier à 7h15. M. Echo a bien remarqué que la délégation avait une tenue de circonstance. Sombre.