Fluide Glacial transforme le Futuroscope en club échangiste

Le photo montage sexy du Futuroscope nous a bien fait rire.

Le photo montage sexy du Futuroscope nous a bien fait rire.

Pour la Saint-Valentin, le magazine Fluide Glacial (Le journal d’humour & bandessinés depuis 1975) a publié le guide de l’adultère en France, ville par ville. Forcément, nous nous sommes jetés sur ce dossier brûlant pour savoir ce qu’on allait dire sur Poitiers et ses environs.
On a éclaté de rire en découvrant la photo consacrée au Grand Ouest. En lieu et place de la boule du Futuroscope, un énorme sexe rose en action qui envoie sa semence sur une non moins énorme paire de seins. La légende de cette photo montage (bien montée ma foi) annonce la transformation du parc en club échangiste. En voilà une belle attraction !

Le texte est moins drôle. Il s’agit d’un dialogue entre Fluide Glacial Gisèle de Pigone, personnage imaginaire, qui dirige « l’observatoire des moeurs dissolues du Grand Ouest, installé dans une aile discrète du Futuroscope ». Le sujet ? L’infidélité. Un tout petit bout est consacré au Poitou-Charentes où la fameuse Gisèle de Pigone explique que chez nous « la fidélité est de rigueur mais lorsque Ségolène Royal s’absente du département, c’est une autre paire de manches ».

Voilà, voilà… Pas de quoi vraiment s’exciter. Mais les anciens lecteurs de Fluide Glacial retrouveront très certainement l’esprit potache de ce magazine qui nous a fait marrer.

Une seule lettre vous manque

gaterie 002

Les yeux rivés sur le conflit social qui oppose actuellement les agents territoriaux des piscines de Grand Poitiers à leur employeur, on n’avait pas vu ce détail. Il manque une lettre sur le panneau de la piscine de la Ganterie, désormais nommée piscine de la Gaterie. Un petit malin a gratté ce « n » qui change tout. Où il n’y a plus de « n », il y a du plaisir ?

Pour une Saint-Valentin coquine

Cette année, M. Écho a offert un petit canard à Mme Écho.

Ah bon ? On n’offre plus un bouquet de rose à sa douce pour la Saint-Valentin ? Elle est bien bonne celle-là. Il semble désormais qu’il est de bon ton de pimenter sa soirée du 14 février en offrant des jeux coquins. Une réalité ou un fantasme ? Ne reculant devant aucun obstacle, M. Écho a décroché son téléphone ( il a bien pensé y aller physiquement mais il était débordé ) pour demander à deux sex-shop de la ville si la Saint-Valentin déclenche des pulsions… d’achat. Chez Sexo 2000, rue Saint-Cyprien, on répond par l’affirmative. Trois produits sortent du lot. L’inusable (qui ne s’use que si l’on s’en sert) canard vibrant arrive en tête. En deuxième position (érotique bien évidemment), on retrouve un petit vibromasseur qui diffuse de la crème pour la stimulation, devant là aussi un autre classique du genre : les menottes en fourrures. Au passage M. Écho s’interroge : Pourquoi attacher sa partenaire le soir de la Saint-Valentin ? Pour être tranquille afin d’aller boire un verre avec les copains ?

Deuxième coup de fil à la Venus Bleue, avenue de la Libération. Leur top 3 des meilleures ventes est plus étonnant que son voisin de la rue Saint-Cyprien. En numéro 1, le gérant nous parle d’un « œuf à télécommande« . Les spécialistes apprécieront. En numéro deux : le « Rabbit« . « Un vibromasseur bien connu des amateurs » tient à souligner le patron. M. Écho aime bien le lapin mais plutôt à la moutarde. Enfin, le troisième objet le mieux vendu du moment est le Love Clone. Il s’agit là encore d’un vibromasseur fabriqué avec une matière « qui se rapproche de la peau humaine ». En parlant de peau humaine, il paraît qu’il n’y a rien de mieux. ça vaut tous les sex-toys.

Un peu de poésie dans ce monde de neige

Ah la neige ! Les larmes nous montent presque aux yeux quand la nature dépose son beau manteau blanc sur la ville. Que d’émotion aussi de voir les enfants rire sur les luges dans les rues en pente des vieux quartiers. Et ces jeunes qui glissent sur leur snow-board. Magnifique ! On ne parle même pas de la créativité de certains Poitevins qui utilisent les pare-brises couverts de poudreuse pour s’exprimer. Par ici un coeur. Par- là un message d’amour… et puis parfois une énorme sexe. A chacun sa poésie.