Pour une Saint-Valentin coquine

Cette année, M. Écho a offert un petit canard à Mme Écho.

Ah bon ? On n’offre plus un bouquet de rose à sa douce pour la Saint-Valentin ? Elle est bien bonne celle-là. Il semble désormais qu’il est de bon ton de pimenter sa soirée du 14 février en offrant des jeux coquins. Une réalité ou un fantasme ? Ne reculant devant aucun obstacle, M. Écho a décroché son téléphone ( il a bien pensé y aller physiquement mais il était débordé ) pour demander à deux sex-shop de la ville si la Saint-Valentin déclenche des pulsions… d’achat. Chez Sexo 2000, rue Saint-Cyprien, on répond par l’affirmative. Trois produits sortent du lot. L’inusable (qui ne s’use que si l’on s’en sert) canard vibrant arrive en tête. En deuxième position (érotique bien évidemment), on retrouve un petit vibromasseur qui diffuse de la crème pour la stimulation, devant là aussi un autre classique du genre : les menottes en fourrures. Au passage M. Écho s’interroge : Pourquoi attacher sa partenaire le soir de la Saint-Valentin ? Pour être tranquille afin d’aller boire un verre avec les copains ?

Deuxième coup de fil à la Venus Bleue, avenue de la Libération. Leur top 3 des meilleures ventes est plus étonnant que son voisin de la rue Saint-Cyprien. En numéro 1, le gérant nous parle d’un « œuf à télécommande« . Les spécialistes apprécieront. En numéro deux : le « Rabbit« . « Un vibromasseur bien connu des amateurs » tient à souligner le patron. M. Écho aime bien le lapin mais plutôt à la moutarde. Enfin, le troisième objet le mieux vendu du moment est le Love Clone. Il s’agit là encore d’un vibromasseur fabriqué avec une matière « qui se rapproche de la peau humaine ». En parlant de peau humaine, il paraît qu’il n’y a rien de mieux. ça vaut tous les sex-toys.

Publicités