Petit patrimoine piteux au TAP

Image

photoecho

L’un des deux totems de la rue de la Marne.

Depuis plusieurs semaines (voire plus), rue de la Marne, les totems censés donner des renseignements à l’entrée du TAP (Théâtre Auditorium de Poitiers) sont dans un état pitoyable. En ce week-end qui célèbre les journées du patrimoine, cela fait très mauvais genre. D’autant plus dommage que la visite des coulisses du TAP est, elle, très intéressante.

Le Tap épate au Portugal

Image

Réponse 2, c’est mon dernier mot Jean-Pierre !

Si on demande à un passant poitevin quel architecte a construit le théâtre et auditorium de Poitiers, pas sûr qu’on obtienne la réponse. Si on lui demande qui a construit l’Institut du monde arabe ou le musée du Quai Branly à Paris, voire le Vinci à Tours, peut-être qu’il répondra Jean Nouvel, sans doute l’architecte français le plus connu en France.

Monsieur Écho a donc été très surpris de recevoir une photo capturée à la télé portugaise, sur un jeu qu’on imagine être « Qui veut gagner des millions? ». Un candidat doit répondre à la question suivante (qu’on vous traduit) : Quel architecte portugais a conçu le théâtre et auditorium de la ville de Poitiers en France ? Le Jean-Pierre Foucault lusophone propose trois réponses : 1/ Siza Vieira, 2/ Carrilho da Graça, 3/ Souto de Moura.

L’architecte à côté de son œuvre en version gâteau.

La bonne réponse est la numéro 2 (on ne sait pas si le candidat a eu le dernier mot). N’empêche, on ne doit pas parler très souvent de Poitiers sur la télé portugaise. N’empêche que le Pavillon de la connaissance des mers à l’expo universelle de Lisbonne en 1998 est sans doute une œuvre plus connue des Portugais que nos deux cubes jaunes recouverts de verre opalescent. N’empêche, ça veut dire que c’est quand même quelqu’un Joao Luis Carrilho da Graça ! Et pour vous montrer à quoi il ressemble, le voici en photo.

L’architecte était revenu à Poitiers en mai 2011 et Monsieur Écho l’avait pris en photo à côté d’un autre Tap… Le gâteau du même nom, aussi jaune, mais plus sucré !

 

La scène du TAP sous surveillance

Après l’inondation digne des « pluies de la mousson » (dixit le directeur technique Michaël Petit) dont elle a été victime le 13 février dernier, la scène du Théâtre & Auditorium de Poitiers (TAP) a été rapidement remise au sec par des souffleries portatives. Mais son plancher en bois reste sous surveillance, alors que sont en cours la remise en état et la réparation des installations touchées par ce sinistre accidentel. Il doit rester parfaitement plat  pour permettre le déroulement normal des représentations de spectacles, alors qu’il avait gondolé sous l’action de l’humidité.

Les 70 M3 d'eau de l'inondation de la mi-février ont rempli le dessous de la scène, visibles sur ce cliché.