Le Rubik’s cube est parmi nous

Monsieur Écho s'est fait doubler par un Rubik's Cube à quatre roues, hier à Poitiers.

Monsieur Écho s’est fait doubler par un Rubik’s cube à quatre roues, à Poitiers.

En ce samedi matin, Monsieur Écho s’en allait à un reportage inédit pour lui : une compétition de « speedcubing », c’est-à-dire de résolution rapide du célèbre casse-tête Rubik’s cube (et de ses nombreuses variantes). Le premier Pict’Open, compétition officielle reconnue par l’association mondiale World Cube Association, se déroule en effet à Poitiers tout ce week-end, sur le campus, à la Cité universitaire Descartes, à l’initiative de deux collégiens. (voir aussi la vidéo de Centre Presse)

Mais alors qu’il roulait sur la rocade pour s’y rendre, Monsieur Écho a cru avoir une hallucination en voyant une drôle de voiture sur la file d’à côté au feu rouge. Des carrés jaunes, des carrés rouges, des carrés verts, des carrés bleus… super bien alignés : mais bien sûr, un Rubik’s cube géant !!! D’ailleurs, à l’arrière de cette voiture figure le nom du modèle : Nissan Cube (Monsieur Écho précise que la peinture n’est a priori pas de série !)

Monsieur Écho aurait espéré retrouver ce véhicule sur le parking de la salle de compétition, mais non, le conducteur ou la conductrice ne s’y rendait pas. C’était juste un hasard de se faire doubler par un Rubik’s cube en allant à une compétition de Rubik’s cube…

Publicités

Soldes sur les parkings ?

IMG_2423

-60 % sur les places de parking, certains Poitevins en rêvent.

On sait que le prix des parkings en centre-ville fait toujours grogner les Poitevins, et cela malgré les dernières nouveautés en matière de tarification mises en place au 1er janvier de cette année. Aujourd’hui, en découvrant cet autocollant  » -60% «  sur le panneau indiquant la direction du parking Notre-Dame dans le centre-ville de Poitiers, on se dit que celui ou celle qui a collé ce stiker souhaite vivement que la Ville élargisse le principe des soldes aux places de parking.

 

Gare ou garage ?

Image

Des centaines, voire des milliers de voitures sont passées en gare de Poitiers.

Des centaines, voire des milliers de voitures sont passées en gare de Poitiers.

D’habitude, quand il va à la gare de Poitiers, sur les quais, M.Écho voit un TER, voire deux, et éventuellement un TGV. Parfois un train de fret qui passe. Mais hier matin, il a vu des centaines de voitures. Peut-être même des milliers. On se serait cru sur le périph’ parisien !

Mais toutes ces voitures n’étaient bien sûr pas en train de rouler sur les voies. Elles étaient installées sur deux immenses convois de fret. Mais alors quand M.Écho dit immenses, c’est que vraiment ils étaient immenses. L’un était arrêté sur la voie la plus proche de la Boivre, l’autre à l’opposé, sur la première voie, côté parking Toumaï. Chacun occupait toute la longueur des quais et bien au-delà.

M.Écho ne sait pas vers où voyageaient tous ces véhicules. Mais ce n’est pas tous les jours qu’autant de voitures se garent en gare…