Arrêt de bus tout confort

Image

Attendre le bus dans un fauteuil, le bonheur...

Attendre le bus dans un fauteuil, le bonheur…

Poitiers innove dans sa politique de transports publics. Voici l’ABHNC, l’arrêt de bus à haut niveau de confort, qui vous permet d’attendre votre correspondance dans un fauteuil. On ne vous garantit pas que cet aménagement est fait pour durer. Ni qu’il sera mis en place à tous les arrêts de Vitalis. Mais on peut toujours en profiter pour rêver un moment.

Changez de trottoir… si vous le pouvez

Image

003

Le mieux quand on est piéton rue de Blossac…

Au hasard de ses balades dans Poitiers, Monsieur Echo a découvert la rue qui rend fou ! Rue de Blossac, en raison des travaux de ravalement de façade, un panneau invite le piéton à prendre le trottoir d’en face, sur lequel un second panneau, exactement à la même hauteur, en raison de travaux de voirie, invite le piéton à traverser la rue. Les responsables de ces deux chantiers ne se sont visiblement pas concertés : l’idée même de le faire ne leur a pas traversé l’esprit.

004

… C’est de marcher sur la route !

 

 

Une piste d’atterrissage à la gare de Poitiers

Image

Les pigeons ont choisi l'aile nord du toit de la tour Toumaï pour se reposer.

Les pigeons ont choisi l’aile nord du toit de la tour Toumaï pour se reposer.

La gare de Poitiers est vraiment un équipement multimodal. Outre les trains, les cars, les bus et les taxis, les oiseaux l’ont également choisie pour se reposer entre deux voyages. Le versant nord du toit de la tour Toumaï est devenu un véritable aéroport à pigeons (rien à voir avec l’actualité de Notre-Dame-des-Landes…). Les horaires des départs et arrivées des volatiles sont trop erratiques pour être affichés sur les écrans de la gare, mais le trafic est quand même très soutenu, notamment entre midi et 15h.

 

Le chalet de Noël bloqué par un parasol

Image

Imagecabanne 3

Pas facile d’ouvrir la porte.

Ce lundi 30 novembre, place du marché à Poitiers, sur la terrasse du Gil Bar, les chalets de Noël étaient encore fermés. Mais force est de constater que l’ouverture de celui-ci (notre photo) sera compliqué, sachant qu’il a été monté juste devant un énorme parasol du bistrot. Nous pourrions nous moquer longtemps de cette situation cocasse mais en s’approchant de plus près, on voit que la base du parasol est boulonnée au sol. Un simple coup de clef et l’affaire sera réglée… Ou pas.

Le coin des mateurs

Image

IMG_2003

Les filles ! Ce n’est pas le moment de sortir en petite tenue ! De la rue, on peut vous mater.

Monsieur Écho se demande ce que l’architecte avait en tête lorsqu’il a conçu le magasin H&M de la place Leclerc à Poitiers, qui vient d’ouvrir hier. Si vous passez par la rue Victor-Hugo, vous découvrirez une porte vitrée qui donne directement sur les cabines d’essayage du rez-de-chaussée (rayon femme). Certes, on ne voit que les pieds sous les rideaux, mais ce n’est pas le moment de sortir en petite culotte entre deux essayages.

Monsieur et Madame Emard ont un fils…

Image

photo echo porte

J’en Emard. Jean Emard…. Neymar.

Nous savons très bien que d’écrire sur les portes des gens, c’est très mal (et très sale), mais force est de constater que cette inscription sur une porte de la rue Gambetta dans le centre-ville de Poitiers nous a fait marrer. Au nom Emard, un plaisantin a ajouté au feutre « J’en » pour donner le fameux « J’en ai marre ». Cela aurait été plus drôle, si le comique de service avait écrit juste le prénom « Jean » afin de rester dans l’esprit du jeu « Monsieur et Madame ont un fils… »
Si on regarde de plus près, un « N » a été placé avant le « E » et un « Y » juste après. Une croix a été dessinée dans le « D » donnant ainsi « Neymar », le joueur de foot brésilien. A notre goût (et celui du propriétaire de la porte aussi), cette petite blague supplémentaire est certainement un peu trop.

Ça sent le sapin !

Image

IMG_1763

Un sapin bientôt fixé sur ce bloc de béton.

À cette période de l’année, un bloc de béton devant le palais de justice n’annonce pas forcément le début d’installation d’une quelconque œuvre d’art contemporaine mais plutôt l’arrivée des décorations de Noël. Ce gros cube devrait bientôt servir de socle afin d’y accueillir un bel arbre. Bref, en ce week-end de Toussaint, ça sent le sapin !

Au PEC aussi, ils ont leur haka !

Image

Image1

Après chaque victoire, le PEC chante son haka !

A Poitiers, le PEC rugby n’est pas du genre à se prendre au sérieux. Depuis quelques saisons, après chaque victoire, les joueurs se mettent en cercler et exécutent un haka. Leur haka. Loin du terrible haka des All Blacks qui, demain encore, va introduire la rencontre France-Nouvelle Zélande pour le quart de finale de la Coupe du monde de rugby. Et en plus, on comprend ce qu’ils disent : « Est-ce qu’au PEC, on est des morues ? Woooouuu ! Est-ce qu’au PEC, on est des morues ? Woooouuu ! On boit, on boit et c’est pas du pipi de chat. On boit, on boit, la quéquette au chocolat »….
Bon, on vous l’accorde, ce n’est pas de la grande poésie !

Si vous voulez savoir à quoi ça ressemble en vrai, voici la vidéo de ce drôle de haka.

A quand le 20 septembre, jour férié en l’honneur de Brian Joubert ?

Image

12049108_858303454267048_5540063936120098122_n

Des petits cœurs tout mignon (Photo « La Maison de Joubert »)

Nous avons manqué l’anniversaire de Brian Joubert. C’était dimanche. Miiiiince! En revanche, sur Facebook, ses fans réunis dans la page « la maison de Joubert » n’ont pas manqué de lui souhaiter. En légende d’une photo décorée d’une multitude de petits cœurs rouges entourant le visage du champion de patinage artistique, on pouvait lire : « Ce jour devrait être fête nationale, car tu es unique et précieux ! Ne change rien, comme le vin, tu te bonifies avec le temps. Joyeux anniversaire cher Brian ! » Tout en simplicité.

Petit patrimoine piteux au TAP

Image

photoecho

L’un des deux totems de la rue de la Marne.

Depuis plusieurs semaines (voire plus), rue de la Marne, les totems censés donner des renseignements à l’entrée du TAP (Théâtre Auditorium de Poitiers) sont dans un état pitoyable. En ce week-end qui célèbre les journées du patrimoine, cela fait très mauvais genre. D’autant plus dommage que la visite des coulisses du TAP est, elle, très intéressante.