Changez de trottoir… si vous le pouvez

Image

003

Le mieux quand on est piéton rue de Blossac…

Au hasard de ses balades dans Poitiers, Monsieur Echo a découvert la rue qui rend fou ! Rue de Blossac, en raison des travaux de ravalement de façade, un panneau invite le piéton à prendre le trottoir d’en face, sur lequel un second panneau, exactement à la même hauteur, en raison de travaux de voirie, invite le piéton à traverser la rue. Les responsables de ces deux chantiers ne se sont visiblement pas concertés : l’idée même de le faire ne leur a pas traversé l’esprit.

004

… C’est de marcher sur la route !

 

 

Poitiers : attention ça glisse !

Sur les pavés, du sable.

Sur les pavés, du sable.

Cette fois, ça y est, la mairie de Poitiers s’attaque au problème des pavés qui glissent ! C’est ce qu’on s’est dit en voyant un panneau de chantier, des plots, de la rubalise et du sable étalé dans le haut de la rue des Grandes-Écoles. En fait, ce déploiement de précaution est provisoire. Il s’agit d’éponger les dégâts causés par un camion de livraison qui a perdu une partie de son chargement de crème fraîche, ce matin, dans cette portion de la rue. Et la crème fraîche, ça glisse aussi.

Sylvain Chavanel s’amuse au Water Jump

CqTY3TCWcAAGyEF

Sur la photo, ce n’est pas Sylvain mais son frère Cyril… qui a eu un problème de short.

Après son 16e Tour de France, Sylvain Chavanel se détend au Water jump de Vivonne. Samedi, le cycliste châtelleraudais a posté des photos de son après-midi au coeur de ce nouveau parc aquatique. On y découvre notamment un superbe cliché de son frère Cyril qui visiblement a eu un petit problème de maillot de bain.

//platform.twitter.com/widgets.js

Verdi s’invite au marché Notre-Dame

On a croisé un courtisan de la Renaissance au marché Notre-Dame.

On a croisé un courtisan de la Renaissance au marché Notre-Dame.

On a l’habitude de croiser des gens plutôt bien habillés, le samedi matin au marché Notre-Dame de Poitiers. Mais c’est bien la première fois qu’on y voit un courtisan de la Renaissance, en collants noirs, hauts-de-chausses et chapeau à plume. Il s’agit d’un courageux bénévole qui s’est levé tôt sans rigoler, pour faire la promotion de l’opéra Rigoletto, l’affiche 2016 des Soirées lyriques de Sanxay.

Et puis, un opéra de Verdi et les étals d’un marché ont des points communs. Les airs les plus célèbres du maestro italien ont en effet été souvent été utilisés en publicité pour la promotion de jambon, huile d’olive et autres pâtes. « La donna è mobile », ça vous met l’eau à la bouche…

A la rédac’, la caravane passe et le saucisson trépasse

cochonou

Le selfie de l’année !

Aujourd’hui, nous vous avons fait vivre en direct (pour le revivre, cliquez ici) l’étape du Tour de France Saumur-Limoges qui traversait la Vienne (Des Trois-Moutiers à Lathus en passant par Loudun, Châtellerault, Saint-Savin et  Montmorillon). L’un de nos reporters a eu la chance (si, si, c’est une chance ! ) de suivre la caravane publicitaire à bord de la 2 CV Cochonou… Et comme c’est un type super sympa, il a ramené pour ses collègues du saucisson et des merveilleux bobs de la célèbre marque charcutière. On n’est pas beaux, sur la photo ?

 

//platform.twitter.com/widgets.js

Vas-y Poupou !

On ne sait pas à quel coureur du Tour de France ce message s'adresse.

On ne sait pas à quel coureur du Tour de France ce message s’adresse.

Les fans du Tour de France connaissent bien cette pratique qui consiste à écrire des messages d’encouragement, à la peinture, sur la route, avant le passage des coureurs. Sauf que le message qu’on a repéré (notre photo) rue des Carmélites, à Poitiers, est bien trop long pour qu’un cycliste lancé à vive allure ait le temps de le lire. En plus, on ne sait même pas à quel coureur il s’adresse. Et puis, de toute façon, le Tour de France ne passe pas par là cette année.

Banderole en haute altitude

Tous ensemble, tous ensemble ! Ouais, mais de loin.

Tous ensemble, tous ensemble ! Ouais, mais de loin.

Permettez-nous de douter de l’efficacité de cette banderole revendicative des cheminots, accrochée à la rambarde du viaduc Léon-Blum à Poitiers, dont le message ne peut se lire que depuis les rails du chemin de fer (interdits au public), ou du 5e étage du parking Toumaï, à condition d’avoir d’excellents yeux, une paire de jumelle, ou un appareil photo avec un zoom.